ABG tour, ici PhD, descente et atterrissage [PART 3]!

Atterrissage

B. Kimpe


Vous êtes doctorant et vous envisagez de partir à l’étranger ? Roger that. Mais avez-vous anticipé les différentes étapes de cette mobilité ? Voici quelques conseils pratiques pour vous guider comme le ferait un contrôleur aérien...

À l'issue de la [part 2],
votre expérience de mobilité a atteint sa vitesse de croisière professionnellement et humainement... Les semaines, mois, passent et le temps d'envisager votre retour approche enfin. Ce vol symbolique se prépare donc à atterrir. Checklist des bonnes pratiques pour un retour tout en douceur et en efficacité.
Les phases de descente et d’approche initiale
Ces phases consistent à faire descendre progressivement l’avion tout en se rapprochant de l’aéroport de destination. Le pilote et le co-pilote vont alors :
La phase de descente correspond à la phase retour de votre mobilité. Tout comme l’avion, vous devez vous-aussi préparer cette phase car elle peut être délicate. Pour un atterrissage en douceur, voici nos conseils pratiques :
ATTENTION : Pensez à noter et préparer les pièces à fournir!
Approche finale et atterrissage
Le contrôle aérien continue de guider le pilote et le co-pilote pour qu’ils alignent l’avion sur l’axe de la piste. Sur la toute dernière phase de la descente, ils relèvent légèrement le nez de l’avion, ils le redescendront une fois le train d’atterrissage posé sur le sol, avec plus ou moins de délicatesse. Il ne leur reste plus qu’à freiner puis rouler jusqu’à leur point de stationnement, d’où ils débarqueront passagers et bagages.

Le retour dans votre pays peut être tout aussi brutal que le contact du train avec le sol, là encore, tout dépendant de la durée de votre séjour et de votre degré d’adaptation à la culture d’accueil. Vous allez revivre ce que vous avez vécu à votre arrivée dans le pays d’accueil, c’est ce qu’on appelle le choc culturel inversé.


Vous vous sentez étranger dans votre propre pays, dans votre propre famille.
Pas de panique cependant, on s’en remet !

Pour éviter le crash, l’avion relève son nez légèrement avant l’atterrissage et cela devrait vous servir d'exemple : ne vous focalisez pas uniquement sur votre retour et anticipez ce que sera votre prochaine étape professionnelle. En observant les choses d'un peu plus haut, il vous sera plus facile de mettre en perspective cette expérience à l’étranger, et par conséquent, d’en parler face à un recruteur.

Voilà qui clôture cette série d'articles de conseils estivaux... Vous voici armés pour faire face à toute envie de mobilité! Ne manquez pas de nous interpeller sur twitter @Intelliagence pour réagir, ou questionner notre experte mobilité Bérénice Kimpe!

>> Retrouvez les autres parties de cette épopée estivale sur le site de l'ABG (en FR et ENG) :
Ou intégralement sur notre blog Medium [ENG]!

>> Retrouvez également les contenus de la série "Vacances d'été" des années précédentes :